L’Association / Nos projets /

Projets en cours

SUPER SCIENTIFILLE

PROBLEME :

Faible accessibilité des filles de 14-18 ans dans les filières scientifiques à partir du second cycle de l’Enseignement secondaire dans les cinq (05) Régions Administratives (Régions Maritime, des Plateaux, Centrale, de la Kara et des Savanes) au Togo.

En effet, les inégalités entre les hommes et les femmes, les filles et les garçons sont perceptibles dans le système scolaire, de la base jusqu’au sommet. Les femmes ont plus de difficultés pour se faire valoir dans la société. L’analyse du problème de cette faible accessibilité des filles aux filières scientifiques permet de répertorier plusieurs causes :

BESOINS ET SOLUTIONS  :

Au titre des besoins nous pouvons noter :

- Sensibilisation des parents ;

- Organisation des cours de remise à niveau pour les filles ;

- Motivation et encouragement des filles ;

- Prise en charge des besoins de scolarité des filles les plus méritantes et les plus vulnérables.

Comme approche de solutions nous citerons :

- Organisation de concours interscolaire dans les matières scientifiques pour primer les plus méritantes et les plus vulnérables ;

- Octroi de bourses d’études aux plus déshéritées et aux meilleures filles du concours ;

- Distribution de fournitures scolaires ;

- Organisation de camps scientifiques national et international pour amener les filles à toucher du doigt les expériences pratiques des réalités scientifiques mais jusque là réalisées de façon soit théorique soit abstraite en classe au cours de l’année scolaire ;

- Organisation de séminaires de formation en matière de leadership féminin, d’engagement citoyen et de genre ;

- Organisation de stage pour les filles dans des familles d’accueil au sein desquelles des femmes modèles sont identifiées.

TRESORS D’AFRIQUE dispose d’une expertise en éducation, en développement communautaire, en finance contrôle et comptabilité avec des enseignants, des comptables et des sociologues de formation pour accompagner le projet pour un développement humain durable. + de détails

LUTTE CONTRE LE PALUDISME EN MILIEU SCOLAIRE

Permettez nous par la présente, de solliciter auprès de votre institution, une subvention de cent dix-sept million deux cent quinze mille cinq cent soixante cinq francs cfa (110 215 565 FCFA soit 244 923,47 $ USD), pour renforcer les capacités des paysans à améliorer la santé et réduire les phénomènes d’absence chroniques et d’abandons scolaires des enfants de 5 à 12 ans et des jeunes de 12 à 18 ans dans les cantons de KOVIE ET MISSION-TOVE dans la Préfecture de Zio au Togo (Afrique de l’Ouest). Il s’agit d’un phénomène essentiellement dû au paludisme.

DESCRIPTION DES BESOINS DE LA POPULATION BÉNÉFICIAIRE

La première cause d’absentéisme scolaire est de nos jours le paludisme. Or aujourd’hui le constat est que les initiatives jadis prises (existence d’une boîte à pharmacie dans les établissements scolaires pour les premiers soins aux enfants/élèves) n’existent plus. Du coût les élèves malades sont obligés de rentrer à la maison pour se faire prendre en charge par ces parents. L’élève est susceptible de s’absenter pendant quelques jours et ceci a des influences sur sa performance et le résultat en fin d’année. D’autres maladies telles le VIH/SIDA ont des répercussions sur l’efficacité et le rendement des enfants / élèves.

L’analyse du problème d’absentéisme scolaire lié au paludisme dans les cantons de KOVIE ET MISSION-TOVE à l’instar des autres cantons du Togo permet de répertorier certaines causes telles que :

CAUSES :

- Prolifération des gîtes larvaires et des moustiques vecteurs du paludisme ;

- Insuffisance de moyens et structures adéquats de lutte contre le paludisme ;

- Insuffisance de revenus pour les familles de prendre en charge les enfants malades ;

- Méconnaissance des règles d’hygiène ;

- Insalubrité publique.

Aussi le problème se pose-t-il avec plus d’acquitté au fur et à mesure que l’on s’éloigne de Lomé la Capitale du Togo. Or aujourd’hui le constat est que les initiatives jadis prises (existence d’une boîte à pharmacie dans les établissements scolaires pour les premiers soins aux enfants/élèves) n’existent plus. Du coût les élèves malades sont obligés de rentrer à la maison pour se faire prendre en charge par ces parents. L’élève est susceptible de s’absenter pendant quelques voire plusieurs jours et ceci a des influences sur sa performance et le résultat en fin d’année.

CONSÉQUENCES :

Les conséquences liées à un tel phénomène sont :

- La persistance des cas de crise d’accès palustre ;

- Diminution du pouvoir d’achat pour les ménages à faire face à la prise en charge du traitement ;

- Des familles entières vivent dans la précarité ;

- Augmentation du taux de mortalité infanto-juvénile ;

- La baisse du taux de réussite scolaire ;

- La baisse du taux de scolarité.

BESOINS ET SOLUTIONS :

BESOINS :

En accord avec les efforts du gouvernement dans l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement et en appui aux initiatives de base, le projet a besoin de :

- Sensibiliser la communauté à assainir l’intérieur des salles de classe et ses abords afin d’y détruire les nids de moustiques.

SOLUTIONS :

Au bout de 36 mois d’intenses activités, il s’agira essentiellement de :

- Distribuer trois mille (3000) moustiquaires imprégnées d’insecticides ;

- Détruire les gîtes larvaires de moustiques dans let aux abords des sales de classe ;

- De poser des grilles de protection anti moustiques autour des salles de ;

- Organiser des activités trimestrielles de dépistage foraine du paludisme et des vers intestinaux pour chaque élève en milieu scolaire ;

- Prendre en charge les cas d’infection parasitaire et de paludisme ;

- Organiser des activités de suivi pour s’assurer que chaque élève dors effectivement sous moustiquaire imprégné ;

- Octroyer des Bourses Scolaires et donner des primes diverses aux établissements scolaires qui ont atteint « l’objectif 0 palu » au cours des 36 mois. + de détails

FERTILISATION DES SOLS ET SÉCURITÉ ALIMENTAIRE

PROBLEME  :

Surexploitation des terroirs paysans et insécurité alimentaire dans 10 villages de la préfecture de Zio au Togo.

BESOINS ET SOLUTIONS :

Le renforcement des activités agropastorales, principales sources de revenus des paysans de la zone, permettra aux populations cibles et à leurs familles de disposer des vivres pendant toute la période de soudure (septembre à février). Il leur permettra également de dégager des revenus devant servir à financer d’autres activités génératrices de revenus ainsi que les dépenses de santé et de scolarisation des enfants.

Les formations, les appuis / conseils permettront aux paysans de mieux maîtriser les techniques agro - écologiques et l’amélioration des pratiques culturales permettront d’augmenter les revenus y compris les techniques d’agroforesterie et de lutte anti-érosive en vue de la préservation des ressources naturelles.

L’aménagement des terres et l’introduction des techniques agro - écologiques permettront une meilleure gestion de la fertilité des sols. Les profits additionnels à gagner par les familles à partir du travail de la terre permettront de considérer la terre comme un précieux facteur de production.

Les propriétés foncières ne sont plus bradées. Les hommes vont travailler ensemble avec leurs familles respectives pour améliorer leurs conditions de vie. Ce travail en commun va renforcer la cohésion au sein de la famille. L’homme et la femme auront ainsi des intérêts convergents.

Le problème d’exode rural et d’immigration clandestine avec leurs cortèges de conséquences sur la vie des jeunes est résolu.

En effet, pendant la saison agricole, les hommes consacreront plus de temps à leurs familles. La mise en route de la gestion des terroirs permettra de réfléchir globalement sur les questions de développement socio - économique du village et des villages voisins (réfléchir globalement et agir localement).

Des villages voisins qui partagent les mêmes espaces et ressources auront à améliorer eux aussi, leurs conditions de vie. Les vieilles relations de parenté et alliances seront déterrées de l’oubli. Une cohésion sociale nouvelle profile à l’horizon.

TRESORS D’AFRIQUE dispose d’une expertise en ingénierie agricole, en éducation, en développement communautaire, en finance contrôle et comptabilité avec des ingénieurs agronomes, des enseignants, des comptables et des sociologues de formation pour accompagner le projet pour un développement humain durable. + de détails

ETAT DE PROSPECTION DES BESOINS DES MEMBRES MCA


Scientifille 2011-2012

lutte contre le paludisme en milieu scolaire

Fertilisation des sols et securite alimentaire

Etat de prospection des besoins des membres mca
© Copyright ASTRAF 2013